Tribune Mobilité Juillet 2014
Partager

Après plus de 100 jours au Capitole, les premiers signaux du maire vers la mise en place de sa politique des transports dans Toulouse et sa Métropole sont inquiétants.

Les nouvelles mesures coté Transports

Aujourd’hui, il est question d’ouvrir aux voitures la Liaison Multimodale Sud-Est (LMSE) qui permettait jusqu’ici aux bus et aux vélos de relier St-Orens à l’Université Paul Sabatier, en passant par la zone de Malepère. À cela s’ajoute la hausse des tarifs Tisséo, les subventions aux parkings Vinci du centre-ville et l’arrêt l’aide à l’achat des Vélo à Assistance Electrique (VAE).

Baisser l’attractivité des moyens de transports alternatifs à la voiture, n’est-ce pas inciter à l’utiliser d’avantage ? Comment peut-on encore promettre de vouloir réduire les embouteillages ?

Les contradictions de cette politique

Au-delà de la problématique des embouteillages, il s’agit d’une atteinte à la santé publique : nuisances sonores et pollution de l’air iront de pair avec ces quatre mesures. La qualité de vie des toulousain-e-s en sortira amoindrie.

Revenons sur la politique décrite par le candidat Moudenc qui souhaitait concentrer tous les efforts financiers sur la réalisation de la 3ème ligne de métro. Le choix du métro devant celui de solutions plus légères (tramway, bus) ne saurait cacher la faiblesse du maillage multimodal du réseau actuel.

Qui peut affirmer que cette nouvelle ligne de métro est en mesure de régler les embouteillages de Toulouse et sa Métropole ?

Disons-le, ce choix du métro est à contre-sens des projets d’autres grandes villes ! En effet, quand Toulouse annonce qu’elle ouvrira sa 3ème ligne de métro en 2024, c’est-à-dire sa 3ème ligne en 30 ans, Grenoble inaugure sa 5ème ligne de tramway cette année!

Et pourtant des solutions existent

Mettre en place un réseau structurant adapté aux finances de Toulouse et sa Métropole, composé de plusieurs lignes de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), prolonger le tracé du tramway le long du canal jusqu’à la gare Matabiau puis être rebouclé à Purpan, et enfin étendre la ligne B du métro jusqu’à Labège. Mais également investir davantage dans les modes dits « doux » que sont la marche et le vélo, en développant les zones piétonnes et en créant des pistes cyclables de qualité.

Toutes ces solutions alternatives à la voiture, testées dans d’autres villes françaises, ont des effets positifs sur la vie quotidienne des usagers et sur l’économie locale.

Par ailleurs, au lieu de subventionner des parkings gérés par une entreprise privée (Vinci) à hauteur de 600 000 € par an, agrandir les parking-relais des lignes de métro appartenant à la collectivité serait un investissement bien plus rentable !

Quoi qu’il en soit, tarifs en hausse

Nouvellement constitué, le comité syndical de Tisséo a décidé d’augmenter certains tarifs d’abonnement suite à la hausse de la TVA. Cette décision nationale, à laquelle d’ailleurs EELV s’est opposée, trouve un mauvais écho localement. Ainsi, le maire et sa majorité ont décidé de répercuter intégralement cette hausse au niveau des usagers, en prenant soin de ne pas augmenter le billet à l’unité !

Dommage. Cette modification aurait pu être l’occasion de mettre en place une politique tarifaire plus juste, une tarification solidaire basée sur les revenus (et non sur l’âge) que de nombreuses grandes villes ont déjà adoptée, telle que Strasbourg en 2010 et Grenoble en 2011. Pour autant, EELV souhaite le maintien de la tarification des jeunes, qui encourage les bonnes habitudes pour les futurs actifs.

Le président du comité syndical de Tisséo a annoncé qu’il allait entamer une réflexion en ce sens. Bonne nouvelle. EELV espère qu’elle sera suivie d’actes concrets, et osons dire qu’il faudra du courage politique pour les mettre en place !

Quel rôle à jouer pour EELV ?

Toulouse Métropole souffre de bouchons, court après son ombre en matière de transports en commun, et pourtant les premières décisions prises par la majorité actuelle font la part belle à la voiture.

Quant à nous, nous serons vigilant-e-s pour que ces projets Transports engagés par le maire ne soient pas des retours en arrière. Nous resterons force de proposition.

Pour le groupe de travail « Mobilités » EELV Toulouse :

Patrick Maury, Régis Godec, Elisabeth Matak, Antoine Maurice.

Les porte parole : Xavier Bigot, Sophie Nicklaus