Régis Godec, conseiller municipal : «Arrêter de prendre les citoyens pour des imbéciles»
Partager

Régis Godec, conseiller municipal : «Arrêter de prendre les citoyens pour
des imbéciles»

Un article paru dans la Dépêche le 11/09/2017 photo La Dépêche

Comment peut-on être écologiste et contre un projet ferroviaire majeur ?
Après le candidat Emmanuel Macron, puis le Président Emmanuel Macron,
c’est maintenant le ministre de l’écologie Nicolas Hulot qui a indiqué la
ligne à grande vitesse (LGV) Bordeaux – Toulouse n’était pas une priorité
et qu’elle n’était pas finançable par l’État. Nous arrivons à l’impasse que
l’on pouvait malheureusement redouter. Notre proposition est de moderniser
les voies existantes afin de mettre Toulouse à 3 h 40 de Paris pour 4 h 09
aujourd’hui. Ces travaux bénéficieraient à tous les trains qui empruntent
le trajet Bordeaux-Toulouse, y compris pour les transports du quotidien.
C’est un projet ferroviaire majeur qui serait déjà en fonctionnement,
aujourd’hui, si nous avions été écoutés par le passé. Pour une arrivée plus
rapide du TGV, à Toulouse, la solution reste plus que jamais la rénovation
de la ligne existante entre Bordeaux et Toulouse. La rénovation de
l’existant, c’est aussi une préservation de nombreuses terres agricoles et
espaces naturels sur lesquels le chantier de la LGV provoquerait des dégâts
irrémédiables.
Les arguments pro-LGV des élus locaux sont le désenclavement de Toulouse
et la croissance économique. Qu’en pensez-vous ?
Le développement économique devrait se répartir à l’échelle régionale et
cesser de se concentrer sur la Métropole. Pour cela, il faut améliorer la
desserte ferroviaire régionale en même temps que l’on améliore la liaison
avec Bordeaux, Paris et Montpellier. Nos propositions alternatives à la LGV
vont dans ce sens.
Vous militez pour les trains du quotidien, mais en quoi le projet de LGV
est-il incompatible avec un meilleur maillage du service public ?
L’État et les collectivités locales admettent aujourd’hui que tout n’est
pas finançable et qu’il faut opérer des arbitrages. Il va falloir arrêter
de prendre les citoyens pour des imbéciles et assumer de prendre des
décisions réalistes et budgétées. Selon nous, le projet alternatif que nous
défendons permet d’agir rapidement. La LGV hypothèque l’avenir des
transports ferroviaire depuis des années. Cela ne peut plus durer, les
usagers ne le supporteront pas plus longtemps.
Recueilli par Gilles-R. Souillés