NON AU BÉTON DANS LA CEINTURE VERTE DE TOULOUSE !
Partager

Nous relayons cette pétition citoyenne qu’on peut signer en ligne  ICI

Messieurs

Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne, Pascal Mailhos, préfet de la région Occitanie et préfet de la Haute-Garonne,nous vous demandons de faire stopper la construction d’une centrale à béton à Flourens, chemin de la Madeleine.

Les habitants de Flourens, Balma, Pin-Balma, Quint-Fonsegrives, Mons et Drémil-Lafage s’inquiètent de voir naître un pôle de BTP avec la construction d’une usine de béton prêt à l’emploi, aux côtés d’un site de concassage, susceptibles de générer plus de 150 passages quotidiens de camions-toupies et poids lourds sur les axes desservant l’ensemble de ces six communes.

L’arrivée des entreprises Garrouste Bétons et Caro TP est une aberration écologique, un désastre pour la sécurité routière, autant qu’un non-sens économique.

Une aberration écologique ! Ces installations classées ICPE s’implantent au beau milieu d’une zone précisément promise à devenir un pôle vert de la Métropole. Avec cinq silos à ciment de 10 mètres de haut et une montagne de gravats, elles se dresseront à moins d’un km de la Communauté religieuse d’Aufréry, où le projet de Parc naturel et agricole de Pin-Balma pourrait se concrétiser sous peu. Une centrale à béton et un site de concassage n’ont rien à faire dans les champs de blé et de tournesol, à 700 mètres de l’espace boisé classé du Bois-Rond et à 260 mètres du Noncesse, affluent de l’Hers, dont le classement en Espace Naturel Sensible est envisagé. Ces industries hautement polluantes entrent également en contradiction flagrante avec votre volonté de préserver l’identité agricole et le patrimoine paysager de notre beau territoire métropolitain.

Un désastre pour la sécurité des personnes et des routes ! Si la centrale à béton voit le jour, elle entraînera une densification insupportable du trafic, avec plus de 150 poids lourds amenés à circuler chaque jour sur des routes inadaptées et surtout à traverser des quartiers d’habitation denses. Nombre de piétons et cyclistes seront mis en danger par le défilé incessant de camions, qui transiteront en journée -à raison d’un poids lourd toutes les 5 minutes- vers la rocade par la route de Lasbordes, ou vers Quint-Fonsegrives et la route de Castres par la D64.

Un non-sens économique ! Laisser s’installer une centrale à béton et un site de stockage et concassage de gravats est incompatible avec l’activité des entreprises à haute valeur ajoutée déjà installées dans la ZI de la Madeleine, zone mixte en milieu rural protégé. Les nuisances et émissions de poussières de ce pôle de BTP compromettent l’équilibre d’un quartier où cohabitent harmonieusement, depuis des décennies, artisans, maisons d’habitation et PME high tech équipées de salles blanches. Deux ICPE qui ne créeront qu’une poignée d’emplois sous-qualifiés mettent ainsi en péril une soixantaine d’entreprises, employant plus de 500 salariés !

Parce que la protection de l’environnement, la sécurité des personnes et des routes, la défense de l’emploi sont au coeur de vos missions, vous devez agir sans tarder pour empêcher ce désastre.

Cette pétition est lancée par le Collectif Laisse Béton et l’association Flourens en Eveil.

Copie à Mme Claudette FAGET, Maire de Flourens ; M. Vincent TERRAIL-NOVES, Maire de Balma, Vice-président de Toulouse Métropole ; M. Bernard SOLERA, Maire de Quint-Fonsegrives, Vice-président de Toulouse Métropole ; M. Jacques DIFFIS, Maire de Pin-Balma ; Mme Véronique DOITTAU, Maire de Mons ; Mme Ida RUSSO, Maire de Drémil-Lafage.