Seuils d’ozone dépassés : il faut agir !
Partager

 

L’épisode de canicule que nous traversons s’est accompagné la semaine dernière d’une alerte à la pollution avec un pic d’ozone dans l’air.


La Préfecture nous indiquait samedi : « La cause principale de cette pollution est la transformation sous l’action du soleil et de la chaleur, de certains polluants émis essentiellement par les automobiles et les industries ».

Le réchauffement climatique est une réalité à Toulouse et ces pollutions à l’ozone favorisées par les fortes chaleurs ne feront que s’aggraver dans les années à venir. Les grandes métropoles, comme Toulouse, doivent appliquer désormais les recommandations internationales de prévention et doivent s’adapter au changement climatique.

Or, à Toulouse depuis plus d’un an des politiques contradictoires sont menées par la majorité : arrêt de projets de transports publics, retour de la voiture en centre-ville, élimination des espaces verts et autres prairies urbaines.

Frédéric Marin, co-secrétaire EELV Toulouse, explique : « Alors que les températures moyennes de Toulouse atteignent désormais celles de Montpellier d’il y a 30 ans, il est urgent d’agir pour faire face à ce réchauffement climatique. Notre tâche la plus urgente n’est malheureusement plus la pédagogie. Nous devons nous mobiliser pour que les collectivités mettent en place des solutions telles des normes d’urbanisme, l’arrêt de la circulation automobile en centre ville, des prairies urbaines. C’est un enjeu de santé publique, notamment celle des enfants et des personnes âgées et cela permettrait de remédier aux ilots de chaleur urbains.

Lutter contre les dérèglements climatiques, en évitant une montée des températures supérieure à 2°C, avec en perspective une limitation à 1,5° C, tel qu’adopté dans les Accords de Cancún, est aujourd’hui un défi majeur pour l’ensemble des Toulousain-es et de l’humanité, une obligation commune des États mais aussi de toutes les organisations et individus en capacité d’agir, chacun se devant d’assumer sa part de la responsabilité globale.

Des solutions existent, pas forcément coûteuses, mais qui impliquent une vraie volonté politique.
EELV Toulouse demande à ce que Toulouse Métropole ne se limite pas à des paroles, et se donne les moyens d’agir sans tarder.

Les Portes-Paroles : Xavier BIGOT et Sophie NICKLAUS