« Enfumage », « manipulation » : la gauche fustige les annonces de JL Moudenc pour les parkings toulousains.
Partager

 

Un article de Fabrice Valery 21/01/2016

 

Socialistes et écologistes démontent pièce par pièce le choix et surtout la présentation par  Jean-Luc Moudenc du montage financier pour déléguer la gestion de parkings de Toulouse à Indigo (ex-Vinci Park).

 

Les mots sont durs, prononcés par les élus socialistes et écologistes du conseil municipal et de Toulouse Métropole. Régis Godec (EELV) parle même d’une opération « d’enfumage » menée par Jean-Luc Moudenc. L’ancien maire PS Pierre Cohen de « manipulation« . Le dossier de la délégation de service public de 5 parkings toulousains à Indigo (ex-Vinci Park) a suscité une vive polémique à Toulouse.

Mardi 19 janvier, Jean-Luc Moudenc et Pierre Trautman, élu en charge de la commande publique, ont annoncé qu’ils allaient proposé le nom d’Indigo au Conseil communautaire du 18 février pour gérer 5 parkings existants (Carmes, Marengo, Jean-Jaurès, Victor Hugo, Saint-Etienne) pour 20 ans, construire un second parking de 400 places en haut des allées Jean-Jaurès (avec une concession de 35 ans) et développer des parkings dans le quartier de la Cartoucherie.

La méthode (anticiper des délégations de service public dont certaines allaient jusqu’à 2019) et le choix du délégataire (qui détient déjà la quasi-totalité des parkings toulousains) font réagir la gauche. Antoine Maurice, président du groupe écologiste à la ville regrette « la constitution d’un quasi-monopole privé sur une mission de service public, alors que l’enjeu était au contraire de favoriser une maîtrise publique sur ces infrastructures ».
Pierre Cohen rappelle que l’ancienne équipe avait décidé, « comme pour l’eau à partir de 2020, un retour des parkings dans le giron public, car cela permettait de maîtriser globalement le stationnement et de l’intégrer à la politique de transports et de mobilité ».

Mais c’est surtout la présentation des chiffres et l’annonce de l’affectation de 100 millions d’euros issus de cette délégation de service public (DSP) des parkings au financement de la 3ème ligne de métro, qui choque la gauche.

Car Indigo ne va pas verser subitement 100 millions d’euros à la Métropole. Le « droit d’entrée » est de 16 millions d’euros et le coût de construction du nouveau parking Jean-Jaurès de 27,5 millions. Indigo versera une redevance d’environ 6 millions par an : le total de 100 millions n’aura donc été versé qu’au terme de la délégation… dans 20 ans, en 2036 ! Or Jean-Luc Moudenc prévoit le lancement de la troisième ligne de métro… en 2024 !

« Parler de jackpot relève de l’enfumage !, explique donc l’élu écologiste Régis Godec. Avec cette délégation, la redevance annuelle versée à la collectivité sera en moyenne de 6 millions d’euros« .

lire la suite