Les élus Verts veulent un débat public organisé par la commission sur la 3e ligne
Partager

27 élus écologistes (EELV) de la région et de diverses municipalités de l’agglomération toulousaine lancent un appel pour qu’un débat public sur les transports et sur le projet de troisième ligne de métro soit organisé par la commission nationale du débat public (CNDP).

 

«Pour les projets supérieurs à 300 millions d’euros, et c’est le cas pour le projet de 3e ligne, estimée à 1,7 milliard d’€ dans sa version initiale et à 2,3 milliards d’€ s’il relie Colomiers et Labège, il doit y avoir saisine de la commission nationale du débat public», rappelle Henri Arevalo, conseiller municipal de Ramonville, élu du Sicoval et du SMTC Tisséo (autorité organisatrice des transports dans l’agglo).

«Le SMTC a voté une délibération pour que cette saisine soit faite mais le maire de Toulouse et le président du SMTC, Jean-Michel Lattes cherchent à ce que ce débat soit délégué au SMTC. Or celui-ci n’est pas dans une situation objective pour le faire, le débat ne sera pas mené comme il se doit si c’est le SMTC qui l’organise», estime l’élu de Ramonville.

Pour l’élu du Sicoval, qui accompagnait récemment son président Jacques Oberti et Jean-Luc Moudenc chez le ministre des Transports, et pour les autres élus EELV, «le projet de 3e ligne, pourquoi pas, mais il ne doit pas empêcher les autres projets prévus, eux, au plan de déplacements urbains (PDU), document programmant tous les projets en matière de transport, alors que le projet de 3e ligne n’est pas, lui, inscrit au PDU, et qu’on ne connaît pas son financement».

«Ce projet résulte d’un engagement de campagne de la seule équipe municipale de la ville de Toulouse, rappellent les élus signataires de l’appel, les citoyens de 100 communes des 101 communes du périmètre (du SMTC) n’ont jamais été associés, ni sollicités pour se prononcer».

Les élus font remarquer que 179 communes (soit 1,1 million d’habitants) sont même concernées dans la grande agglomération, soit plus du double de la population de la seule ville de Toulouse, et rappellent que le projet de 3e ligne est déjà utilisé «pour ne pas réaliser le prolongement de la ligne B du métro vers Labège, projet prêt à être réalisé (et que) des aménagements de couloirs de bus pour du haut niveau de service ou la poursuite du programme de tramway ont déjà été abandonnés».

«Ce projet de 3e ligne, qui annule quasi tous les autres projets, sauf peut-être l’aérotram, mérite un débat au-delà du SMTC, estime Régis Godec, élu de Toulouse et de la Métropole, car il engage le développement urbain des territoires de toute la grande agglomération».