Municipales à Toulouse : Et si vous étiez tirés au sort pour participer à une liste citoyenne ?
Partager

Un article de Stéphanie Mora paru sur France Bleu du 06/06/2019. A lire en ligne

Extraits

Ce jeudi, EELV Toulouse et l’Archipel ont publié une lettre ouverte aux Toulousains dans laquelle ils appellent les citoyens à s’engager à leurs côtés pour construire un programme alternatif à celui du maire sortant. « L’écologie ce n’est pas que planter des arbres et publier des tracts en vert, tacle Hélène Cabanes, porte-parole EELV. Nous voulons proposer une autre façon de vivre et mettre l’argent ailleurs que dans des grands projets privatisés comme le parc des expositions, la gestion de l’eau, les parkings… »

Des candidats tirés au sort
L’archipel citoyen entend faire de la politique autrement. Et donc construire une liste de 69 noms (le nombre de siège au conseil municipal toulousain, NDLR) de manière inédite, en trois tiers : des « volontaires » , des « plébiscités » des personnes du collectif, pas forcément candidates, mais que les membres de l’Archipel souhaiteront voir figurer (le choix donnera lieu à un vote sur le site internet) et les « tirés au sort ».

Pour ces derniers, le collectif va envoyer 1000 lettres à des électeurs inscrits sur les listes électorales, dans tous les quartiers.

Arnaud Rivière porte-parole de l’Archipel précise :
« Des personnes loin de la politique à qui on veut donner la parole. C’est inédit, on ne sait pas si ça va marcher. On espère que 23 accepteront ». Arnaud Rivière

Les Verts tracent leur sillon au sein de l’Archipel
Les regards se tournent vers les Verts. Seront-ils la locomotive de la gauche toulousaine? Pour l’instant, Antoine Maurice (conseiller municipal d’opposition) et ses troupes font profil bas et mettent en avant le collectif… »On ne peut pas attendre. On avance et on agrège ».

Bien sûr les 22% obtenus aux élections européennes à Toulouse, placent EELV en position de force par rapport au reste de la gauche.

Toutefois les écologistes ont bien conscience que seule l’union permettra de peser face au maire sortant, Jean-Luc Moudenc.
« Oui l’écologie peut être le projet autour duquel on rassemble pour proposer l’alternative et on doit rester humble et ouvert. Et on ne dit pas ‘venez autour d’EELV’ on dit aujourd’hui rassemblons-nous autour d’un projet commun. C’est aux autres de se positionner… Si chacun se contente de désigner des chefs de file et de dire ‘Rassemblons-nous! Rassemblons-nous!’ sans dire comment, on n’y arrivera pas! » Antoine Maurice