Les Verts : «Oui, l’écologie peut gagner à Toulouse»
Partager

Un article de Jean-Noël Gros dans La Dépêche du midi du 07/06/2019. A lire sur le site du Journal

Extraits :

(…) Localement, Antoine Maurice ne la dément pas mais l’explique. «Oui, l’écologie peut gagner à Toulouse. Quand on dit cela, ce n’est pas une position hégémonique. Le seul leadership qu’on veut affirmer, c’est celui d’une espérance. C’est autour de l’écologie qu’on pourra gagner face à Jean-Luc Moudenc.»

Force verte
Hier, depuis la permanence toulousaine, EELV et ses douze candidats aux municipales ont lancé un appel aux Toulousains à rejoindre leur projet en vue du scrutin de l’an prochain.

Un projet basé sur «l’écologie, la solidarité et la justice sociale» et «seule alternative au duo La République en marche-Rassemblement national.»

Mais aussi au maire sortant «qui n’a fait que verdir son discours», selon Hélène Cabanes, porte-parole d’EELV et candidate.
Le chemin vers le Capitole passera forcément par le rassemblement de la gauche. Ici, EELV a choisi d’épouser la démarche originale du collectif Archipel citoyen. «C’est le meilleur moyen de rassembler», affirme Antoine Maurice. Les deux-tiers des candidats de la liste d’Archipel seront des volontaires (c’est le cas des douze EELV) et des personnes dont le nom a été suggéré et qui ont dit oui. Le dernier tiers proviendra, si ça marche, d’un tirage au sort. Un processus a priori compliqué «mais les gens ont soif de démocratie», assure Hélène Cabanes.
Les formations de gauche, qui sont toutes en contact, répondront-elles à cet appel ?

«La force, ce n’est pas un parti. C’est l’écologie», veut croire Antoine Maurice qui mise tout sur le projet. Même les dossiers qui ne font pas l’unanimité, la LGV par exemple, sont sur la table. «Nous n’avons pas de ligne rouge et nous sommes prêts à discuter», poursuit le président du groupe des élus verts de Toulouse.

Partir d’abord du projet, «des besoins des citoyens», puis construire l’équipe et enfin identifier la tête de liste : pour Hélène Cabanes, «c’est la bonne solution, le procédé le plus honnête.»