Municipales 2020 : pour EELV, Grenoble ne doit plus être la seule ville tenue par un élu Vert
Partager

Un article de la Dépêche du midi paru le 26/08/2019

Élections municipalesToulouse

La conférence «Le temps de l’écologie municipale» a clôturé samedi l’université d’été d’EELV. L’occasion pour les Verts de présenter leurs plans pour la conquête de Paris, Nantes, Ivry et Toulouse.

Et si une vague verte déferlait sur les municipales en 2020 ? Au regard de ses résultats aux dernières élections européennes, Europe Ecologie-Les Verts veut y croire. En 2014, côté grandes villes, seule Grenoble avait basculé. Mais le mot d’ordre est lancé pour 2020 : «le temps de l’écologie municipale» est lancé. C’était d’ailleurs l’intitulé de la rencontre de clôture de l’université d’été d’EELV à Toulouse. À la tribune, plusieurs personnalités et plusieurs méthodes pour remporter des mairies. Mais à chaque fois les trois mêmes grandes questions. Voici les réponses d’Hélène Cabanes et Antoine Maurice, candidats à Toulouse.

Pourquoi se lancer dans la course aux municipales ?

«Nous avons fait une belle campagne européenne, avance Hélène Cabanes. Avec plus de 20 % de voix à Toulouse, cela donne envie d’aller plus loin.» Antoine Maurice poursuit : «J’ai vécu l’expérience d’être élu dans l’opposition alors que la droite conservatrice était de retour. On a été audibles. Nous refusons de nous résigner. L’enjeu est de construire une cité émancipée, plus résiliente, plus démocratique, égalitaire et écologique.»

Eux, c’est «l’écologie mais», EELV, c’est «l’écologie point». Comment convaincre ?

«Le maire actuel a promis de faire de 2019 l’année de la nature en ville. C’est la preuve que les cinq années d’avant, il ne s’en est pas préoccupé. Dès son arrivée aux responsabilités, le budget du bio dans les cantines a été divisé par deux. Les avancées de l’écologie de Jean-Luc Moudenc sont les avancées des écologistes. L’écologie à Toulouse se développe essentiellement grâce à des initiatives citoyennes. L’enjeu de 2020 est de s’appuyer sur ce terreau pour proposer aux Toulousains une réelle transition écologique».

Comment organiser la campagne ? Quelle alliance avec d’autres partis ?

«A Toulouse, la campagne a déjà commencé, affirme Hélène Cabanes. Le groupe local EELV a choisi de rejoindre Archipel citoyen en février 2019. Ce collectif a quatre valeurs : la démocratie en continu, la transition écologique, le vivre ensemble et la justice sociale. Le programme démocratique — qui explique comment on fait — est déjà écrit. Nous sommes en train de travailler sur le programme thématique, nos préconisations seront mises en débat, les citoyens sont associés. D’autres partis ont rejoint Archipel Citoyen…

lire la suite sur le site de la Dépêche du midi